C’est le rêve de nombreux propriétaires de chiens qui tirent en laisse ou qui se sauvent et s’éloignent trop lorsqu’ils sont lâchés. Se promener avec son chien sans laisse sans être obligé de le retenir ou de le contraindre à rester aux pieds, mais en étant sûr que le chien ne se sauvera pas, et pouvoir le rappeler rapidement en cas de danger, transforme le cauchemar de la sortie sanitaire en promenade très appréciée.

La méthode d’éducation du chien pour le promener sans laisse est simple et demande une excellente communication avec son chien, cohérence et rigueur. Mais en amont, le travail doit porter sur la qualité de la relation que l’on construit avec lui, « le chien mon ami ».

1er conseil : un lien entre vous et votre chien de très bonne qualité

Dès que votre chiot est accueilli avec chaleur dans votre famille d’adoption, son nouveau foyer, il ne sait pas s’il peut vous faire confiance. Il faut donc que les interactions soient toutes de nature à lui dire que vous êtes son « bienfaiteur » et non un tyran qui va le dominer et l’inférioriser. Pour que vous puissiez devenir un vrai leader et un bon coach, chaque interaction doit être initiée par vous, et doit consister à donner un ordre qui, une fois exécuté, est copieusement renforcé positivement. Toutes vos caresses sont distribuées lorsque votre chiot a réalisé un bon comportement. Le chien est fortement incité ainsi à apprécier cette forme d’obéissance car elle est toujours récompensée. De cette manière, vous prenez le rôle de référent positif et d’entraîneur, sans dominance, ni coercition. La confiance et l’attirance que votre chien vous accorde, se développent de sorte qu’en promenade, il est fortement attiré par cette proximité qui lui fait du bien. Il est préférable de ne jamais vous précipiter sur votre jeune chien pour le gronder, cela crée immanquablement de la distance ou de la peur. Pour éviter les punitions, surtout si vous ne pouvez pas le surveiller pendant quelques temps, vous pouvez le placer dans une cage de transport. Au début cela le contrarie, puis il s’habitue, il apprend à gérer sa frustration.

En promenade, il aura d’autant plus envie de vous rejoindre à tout moment. Les promenades doivent s’organiser au départ avec votre chiot en longe de façon à le laisser s’éloigner. C’est au chiot de trouver la distance trop longue et d’avoir envie de revenir vers vous et non à vous de le retenir à proximité. Lui interdire de s’éloigner revient à lui en donner une forte envie. Une fois la relation avec votre chien bien établie, les exercices peuvent commencer.

2nd conseil : une bonne méthode et beaucoup de rigueur

  • En amont de cet apprentissage, il convient de lui avoir appris d’autres ordres simples comme « assis » ou « vient » (le rappel demande aussi d’avoir construit un lien de bonne qualité).
  • Il faut commencer d’abord par des promenades dans des lieux peu stimulants où votre chien aura peu de motivation à vous quitter pour s’éloigner.
  • On démarre avec un jeu très apprécié par votre chien (lancé d’objet favori, course ensemble) en canalisant son attention. Vous êtes l’élément essentiel de son plaisir.
  • Brusquement, vous pouvez vous cacher pour stimuler votre chien à vous retrouver puis à ne plus vous perdre.
  • On recommence le jeu plusieurs fois jusqu’à ce qu’il s’attache très positivement à votre présence.
  • Puis marcher sans interagir avec lui.
  • Si votre chien a tendance à aller trop loin, il ne faut surtout pas lui courir après, car il va s’éloigner encore davantage et vous faire courir inutilement. Le mieux est de lui accrocher une longe de cinq à sept mètres si le risque d’éloignement est réel. Quand il part loin, on pose le pied sur la longe, ce qui génère un stimulus désagréable donc disruptif. Vous pouvez alors le rappeler et attirer son attention par un jeu. Son retour est très fortement récompensé, par la voix, vos caresses…
  • Il ne faut surtout pas l’appeler sans cesse, cela lui apprendrait que c’est vous qui cherchez à ne pas le perdre, alors que c’est à lui de vous rechercher et vous trouver.
  • Ensuite, il faut alterner quelques minutes de jeu commun puis quelques minutes de marche sans interaction. C’est cette alternance qui soude l’envie du chien de ne pas vous quitter. Pendant la période de marche sans interaction, il va attendre la période d’interaction. Il est donc attiré par vous uniquement.
  • Si votre chien s’attarde à flairer une zone, il faut continuer de marcher. C’est à lui d’écourter son exploration pour ne pas vous perdre. Sinon, il apprend qu’il peut faire ce qu’il veut, que vous l’attendrez toujours pour ne pas le perdre.
  • Puis il faut capter à nouveau son attention et initier à nouveau un jeu.
  • Il faut démarrer le jeu au moment où l’on aborde un lieu plus stimulant de façon à diriger sa concentration sur vous. Le plaisir à jouer avec vous doit être supérieur à celui d’aller voir ailleurs.
  • Inversement il convient de se cacher ou de stopper le jeu au moment où l’on aborde un lieu plus calme. Votre chien s’aperçoit rapidement qu’en dehors de son maître, il y a peu de choses intéressantes.
  • Il vous faut répéter l’exercice tous les jours et commencer à varier les lieux lorsqu’il est devenu très proche de vous.

Promener son chien sans laisse devient un vrai plaisir quand votre chien vous semble fiable et bien attentif à vos signaux de communication. Plus vous commencerez les exercices tôt, plus votre chiot, qui deviendra chien, aura mémorisé les consignes. Attendez-vous à observer une baisse de performance au moment de la puberté et de l’entrée dans l’âge adulte, entre 8 et 18 mois.

Si vous avez la moindre difficulté, le mieux est de vous orienter vers des professionnels certifiés Le chien mon ami près de chez vous; ils vous guideront dans les exercices, et vous accompagneront avec des méthodes respectueuses du bien-être de votre chien.

Partagez !

partagez avec vos amis