Nos actions

Cette partie est consacrée aux « affaires publiques » pour recenser les actions publiques engagées par « Le Chien mon ami » auprès des politiques, des institutions…. à l’égard de certaines lois et pas uniquement sur le chien de catégorie.

DE LA SCIENCE au TERRAIN :

En lançant la dynamique « le Chien mon ami », des professionnels de la SEEVAD souhaitent évoluer et passer de la diffusion des travaux de recherche en éthologie à l’action pédagogique tournée vers toute la population, possesseurs ou non de chiens, et ouvrir le champ de la réflexion à des applications pratiques en faveur du bien-être animal mais également celui des toutes et tous. Les bases scientifiques rigoureuses apportées par un grand nombre de travaux de recherche doivent rester le terreau indispensable à la culture de l’éthique envers l’animal.

Stop aux maltraitances ordinaires faites au chien

Le moment est venu de parler du chien face à un constat celui d’une forme réelle de maltraitance ordinaire acceptée de tous, de la place attribuée aux écueils éducatifs grandissants entraînant à la fois un mal-être chez les animaux et risques d’accidents par morsures déjà très nombreuses.

La loi sur les chiens dangereux de 1999 catégorisant certaines races, suivie par celle de 2008 établissant un permis de détention pour ces races a eu des effets sociétaux délétèrent pour le chien, aggravant l’image du chien dans l’espace public et contre-productifs pour limiter le nombre de morsures.
Le nombre de chiens a fortement baissé depuis 20 ans alors que les morsures n’ont pas diminué et que les refuges sont toujours aussi remplis de chiens abandonnés.

La connaissance des modes de communication du chien, les récents travaux sur la faculté intellectuelle du chien, sur les notions de coopération et d’entraide interspécifiques, sur les états émotionnels et mentaux des animaux, sur la médiation animale et sur les bienfaits des chiens pour le développement personnel, montrent qu’il existe un formidable champ de réflexion autour d’un nouveau vivre-ensemble.

Tout reste à construire avec des méthodes bienveillantes validées qui permettent d’apaiser la cohabitation et la relation hommes-chiens avec rigueur, objectivité et pragmatisme.

Le Chien mon ami sera là partout où la défense des droits du chien nécessite une sensibilisation de tous à un autre regard celui d’une relation amicale envers tous les chiens

Comme l’ont déjà réalisé d’autres pays européens ou d’Amérique du Nord avant nous, la sensibilisation à une approche amicale et bienveillante du chien devient urgente en France. C’est à ce prix que l’accidentologie sera en baisse durablement, que les esprits seront apaisés, que l’on retrouvera une sérénité dans les lieux publics où se côtoient les personnes adultes, les enfants avec nos chiens… pour le plaisir, le respect et la sécurité de tous.

Même sans vouloir nécessairement interagir avec un chien, il est nécessaire de bien se comporter à la vue d’un chien.
Même sans l’apprécier, il est nécessaire de le respecter.
Même sans le posséder, il est nécessaire de l’accepter dans la sphère publique et dans la niche écologique humaine. L’acquisition d’un chien relève d’une responsabilité avec l’obligation de bien l’intégrer à la vie de famille, en répondant à ses besoins et ses motivations, en l’éduquant sans compétition ni conflit, en lui apportant l’épanouissement dont il a besoin, garant de son équilibre émotionnel.
Le chien fait partie de notre société d’humains, construite par des humains pour des humains, et qui inclut nos espèces domestiques dont il n’est plus à prouver le bien qu’ils nous font.

L’observatoire national du chien proposé par « le Chien mon ami » est une première base de données qui collecte et analyse le parcours d’acquisition du chiot dans sa famille. Il sera un outil indispensable à la compréhension des origines des chiens, des prises de décisions par les acquéreurs, de la gestion quotidienne des difficultés rencontrées dans l’éducation ou l’acceptation du chien dans les espaces publics, de la compréhension des canaux d’informations sélectionnés par les possesseurs de chiots pour trouver des solutions…un baromètre annuel permettra à l’équipe « le Chien mon ami » d’interagir efficacement avec les pouvoirs publics, les autorités, les acteurs de la protection animale, les législateurs, les médias les professionnels et les centres de formation en bien-être animal ou en éducation canine…et faire évoluer ainsi la perception du chien pour qu’elle coïncide étroitement à ce que l’on connaît de plus sur un plan scientifique et éthologique.