L’intelligence est un terme à manier avec précaution selon l’espèce animale à laquelle on s’adresse et selon l’individu. On parle de l’intelligence animale et de la conscience animale. Le chien est bien placé pour qu’une abondante littérature le place aux sommets de nos attentes. Certaines races sont réputées plus intelligentes que d’autres. Mais quels sont les critères retenus pour de tels jugements ? Les chiens sont-ils intelligents ?

Votre chien est capable de penser et a besoin d’activités mentales

Votre chien est un être sensible, doué de capacités mentales et émotionnelles. Il pense et réfléchit, il est capable de traiter les informations de l’environnement, de les absorber et de se faire une représentation des choses. En fonction de ses motivations et de ses émotions, il est à même de trouver des stratégies, des réponses à certains problèmes, de préférer certaines activités à d’autres, de s’intéresser à surveiller un groupe, rapporter un objet, courir avec un congénère, s’orienter vers les humains ou rester à distance.
Votre chien se forge une personnalité et s’enrichit de ses expériences. Ses schémas cognitifs présentent une souplesse et une variabilité relative en fonction de son tempérament. Ses pensées et ses activités mentales lui permettent une certaine adaptabilité individuelle.

Mais à quoi pense votre chien dans son quotidien ?

L’activité intellectuelle de votre chien est multiple et certainement très polymorphe. Nul besoin de langage pour penser, avoir un libre arbitre et prendre des décisions. Votre chien pense en images ou en sons car ce sont les ressentis sensoriels qui évoquent des situations, des scènes vécues, des évènements agréables ou non. L’association entre émotions et cognition n’est plus à démontrer et l’on sait que les pensées sont fortement influencées par les émotions et les sentiments. Certaines études ont mis en évidence par l’imagerie que les chiens possèdent la même sensibilité et les mêmes émotions qu’un enfant humain car les mêmes régions du cerveau sont activées avec des stimulations similaires. Votre chien, comme d’autres espèces, est capable de penser aux autres, à ses congénères canins ou aux humains auxquels il est familier.

Vous pouvez offrir à votre chien plus d’activités mentales, plus de moments de travail intellectuel. Votre chien a besoin, de chercher, trouver, réfléchir et agir en conséquence, vous lui éviterez ainsi toute détresse émotionnelle qui pourrait provenir d’une frustration d’activité mentale ou relationnelle. N’oubliez pas qu’un grand jardin n’est pas toujours ce qui convient le mieux à votre chien, il va très vite le connaître par cœur et s’y ennuyer fortement durant de longues journées passées en solitaire.

La mémoire et les facultés d’apprentissages de votre chien

Etre capable d’apprendre, de mémoriser, et de comprendre, c’est être intelligent. L’intelligence serait donc un ensemble de facultés mentales permettant une connaissance rationnelle et conceptuelle des choses et des faits. Cette propriété fait appel aux capacités de percevoir, d’enregistrer, et de traiter l’information. Chaque chien possède un bagage génétique concernant ses capacités à graver les données de son environnement, à les intégrer dans son cerveau et à se forger une représentation des informations recueillies en fonction de sa sensibilité, son équilibre émotionnel et son histoire. Les premiers mois de vie du chien sont des moments de forte mémorisation des évènements. A partir de l’âge de 4 semaines, au moment où le chiot possède de bonnes capacités motrices et toutes ses capacités sensorielles, l’éveil de son cerveau est essentiel pour stimuler la curiosité et prévenir les peurs multiples. Tout chien apprend aussi bien par apprentissage non associatif (habituation, apprentissage latent), que par apprentissage associatif (conditionnement classique et opérant). Les évènements négatifs seront plus marquants et plus ancrés dans leur mémoire que les évènements positifs. Un chien peut faire l’objet de traumatismes psychiques, de blessures de l’âme. Il est reconnu que les différences d’intelligence liées à des différences de capacité d’apprentissage et de raisonnement entre le chien et l’homme sont bien de degré et non de nature. Un chien peut se rappeler les moindres détails d’une scène passée, peut associer un élément de cette scène à un contexte actuel, faire des rapprochements et des généralisations. Une étude récente révèle que ce sont les chiens qui ont la meilleure mémoire de travail, ils gardent une information exacte en mémoire pendant plusieurs minutes. La mémoire à long terme est également très performante. Elle permet de retenir des lieux de couchage, des lieux associées à des contacts agréables, des situations dangereuses à éviter, des sites de nourrissage, des lieux de rencontres favorables, des lieux de cachette d’os ou de jouets que le chien va retrouver plusieurs années après. Ils ont aussi la notion de « permanence de l’objet », car ils gardent l’idée que l’objet existe même s’il a disparu de leur champ visuel. En revanche, il n’est pas montré qu’ils sont capables de se représenter un déplacement invisible de l’objet en allant attendre une proie à la sortie d’un tunnel s’ils l’ont vue rentrer du côté opposé.

(crédit photo Juliette Roux-Merveille)

Votre chien a-t-il conscience de lui ?

La description de la conscience animale est plus délicate, elle requiert d’en comprendre et d’en adapter la définition au chien. S’il est reconnu scientifiquement qu’il existe une conscience animale, comment s’exprime-t-elle ? Au plan neuronal, il a été montré que nos mammifères domestiques possèdent les substrats neurobiologiques de la conscience. Les chiens savent-ils qu’ils sont des chiens, qu’ils sont mortels, qu’ils ont un avenir ? Ou n’ont-ils pas conscience de leur identité et de leur condition ? Ces questions existentielles ont été peu étudiées chez le chien. Pourtant des anecdotes nous illustrent qu’un chien change son comportement devant des évènements qui lui montrent qui il est.

Par exemple :
En vieillissant, votre chien peut être moins déterminé à se bagarrer et semble prendre conscience de son affaiblissement physique et sensoriel.
– Votre chien sait reconnaître la mort d’une proie ou d’un être cher. Il sait reconnaître la souffrance ou les besoins d’autrui, reconnaître ses amis et ses ennemis, vous reconnaître et distinguer un inconnu.
– Votre chien est capable de penser à l’avenir lorsqu’il est laissé seul et qu’il se couche en attendant votre retour, quand il vous voit sortir la laisse qui préfigure une promenade.
– Votre chien a la capacité à voyager mentalement dans le passé et le futur même immédiat, cela montre l’importance de l’expérience et des activités intellectuelles pour son bien-être mental.

Il est montré que le chien peut aussi renoncer à un bénéfice pour aider un autre à sortir d’une mauvaise situation. Il est donc doué d’une capacité d’empathie et de représentation de ce que l’autre vit et ressent. La mère-chien court vers son chiot qui crie parce qu’il s’est coincé une patte. Elle le perçoit en danger et va à sa rescousse. Ces comportements altruistes ou coopératifs, même s’ils sont motivés par un instinct, démontrent la complexité du cerveau du chien et le stade encore débutant des recherches sur le sujet.

Pour stimuler l’intelligence de votre chien et comprendre ce qui lui convient le mieux, vous pouvez vous orienter vers des professionnels certifiés Le chien mon ami près de chez vous; ils vous guideront dans l’acquisition des bons gestes et des activités pour votre chien et vous accompagneront avec des méthodes respectueuses de son bien-être.

Partagez !

partagez avec vos amis